carnet
Accueil > Temps 5 : Suivre l’outil > 5.2 Promouvoir l’outil

5.2 Promouvoir l’outil

a. Protéger l’outil

Les droits d’auteur

Inclus dans la propriété intellectuelle et artistique, les droits d’auteur correspondent à un ensemble de prérogatives juridiques qui permettent au créateur de faire respecter l’intégrité intellectuelle de son œuvre (revendication de la paternité, opposition aux modifications etc.) et d’en assurer l’exploitation économique.

Ces droits protègent les œuvres littéraires et artistiques (livres, brochures, chorégraphie, compositions musicales, dessins, illustrations, photographies etc.) à deux conditions : l’œuvre doit être originale, marquée par la personnalité de son créateur et elle doit être matérialisée de manière à pouvoir être communiquée au public.

Ainsi, même à l’état de brouillon, une œuvre tombe sous la protection du droit d’auteur. Ce n’est pas le cas d’une idée, aussi originale soit-elle, à partir du moment où il n’en existe aucune trace écrite.

Le droit d’auteur concerne une œuvre originale dès sa création, titre compris.

Ce droit se prolonge 70 ans après le décès de l’auteur (ou de son dernier collaborateur) au profit de la personne qu’il a désignée à cet effet ou, à défaut, de ses héritiers.

Dépôt et enregistrement

Il existe des dispositions concernant les publications (publications imprimées, productions des arts graphiques, photos). Le dépôt en un seul exemplaire est obligatoire dès la mise à disposition du public, même si celui-ci est restreint (une brochure d’information pour le personnel, par exemple).

En Belgique, ce dépôt se fait à la Bibliothèque Royale, section Dépôt Légal et, il est gratuit pour les publications ne dépassant pas le prix de vente de 150 €.

Bibliothèque Royale
Section Dépôt Légal
Boulevard de l’Empereur, 4
1000 Bruxelles

Si ce dépôt n’est pas obligatoire en ce qui vous concerne, il peut être utile pour des raisons de preuve judiciaire de faire enregistrer votre outil auprès d’une instance qui en établit la date. Cela signifie que vous serez capable de prouver que vous avez créé cet outil à cette date déterminée.

Plusieurs possibilités s’offrent à vous :
- Dans un des bureaux d’enregistrement de l’Administration du Cadastre, de l’Enregistrement et des Domaines
http://fiscus.fgov.be/Interfakredfr/Organogram/a.htm

- Service Public Fédéral des Finances
http://minfin.fgov.be/

Vous ne pourrez y faire enregistrer que des documents sur papier (donc pas de disquettes, de Cdrom etc.). Actuellement, l’enregistrement coûte 25 € par document. Celui-ci sera pourvu d’un cachet à date.

- La SABAM
http://www.sabam.be/

La Société belge des auteurs, compositeurs et éditeurs peut enregistrer votre outil et le conserver pendant cinq ans. Le prix pour les non membres est de 25 € par outil/document.

- Un notaire de votre choix pourra également enregistrer votre outil et le conserver.

b. Communiquer

Il est important de faire connaître votre outil. Cette étape mérite autant de rigueur et de cohérence que les précédentes. Elle nécessite du soin, de la préparation et de l’originalité.

Avant de commencer, interrogez-vous. Qui voulez-vous toucher ? Comment y arriver ? Dans quel but ?

Les étapes de promotion devront également être validées : présentation du plan de communication et de son budget, organisation d’une formation pour faciliter l’utilisation de l’outil, mise en place de partenariats pour la diffusion, présentation lors de foires aux outils etc.

Que vous réalisiez une affiche, un dépliant, un courrier électronique, une page Internet etc. une démarche qualité identique à celle qui a présidé à la réalisation de l’outil lui-même s’impose. Retour à la case départ !
Le support de communication doit être en adéquation avec votre public et votre outil ; attractivité, lisibilité lexicale et grammaticale. Ils seront évalués avec les utilisateurs. En la matière, reportez-vous à la Fiche 13.

Avant même la finalisation de l’outil, il faut rassembler un maximum d’adresses à qui envoyer votre information.
- votre fichier d’adresses
- le fichier d’adresses de vos différents partenaires
- des écoles, associations du domaine de l’éducation et de la santé etc.
- les relais du public final et/ou sensibilisés à la thématique.

Pour toucher les médias, un communiqué de presse sera envoyé à la presse socio-culturelle, éducative, familiale, médicale etc.

Pensez également à la presse électronique, aux listes de diffusion et aux radios locales.

Pour rédiger un communiqué de presse, la Fiche 16 vous éclairera.

Vous pouvez aussi organiser une conférence de presse à l’occasion de la sortie de l’outil, profiter d’un colloque, d’un congrès etc. pour le présenter.



Si votre budget le permet, vous pouvez faire appel à une agence de communication qui se chargera de cette phase de communication.

c. Diffuser l’outil

La diffusion requiert une logistique importante (permanence téléphonique « renseignements », gestion des commandes, écritures comptables, envois divers etc.) et un temps de travail parfois difficile à assumer pour les concepteurs.

Un de vos partenaires dispose peut-être des ressources administratives suffisantes pour prendre en charge cette mission.

Le coût de l’outil est un élément important de son accessibilité pour le public. Plusieurs formules sont possibles :
- de l’entièrement gratuit au hors de prix
- du gratuit dans le pays de sa réalisation au payant à l’étranger
- du gratuit par individu au payant pour les associations

Si vous prévoyez une diffusion vers l’étranger, pensez aux frais postaux et aux frais bancaires importants.

d. Faciliter l’accès à l’outil

Vous pouvez proposer votre outil à certains centres de documentation, spécialisés ou non dans la santé, à certaines associations qui traitent du thème de l’outil.

Pensez évidemment aux Centres locaux de Promotion de la Santé et pourquoi pas aux bibliothèques publiques, bibliothèques scolaires, ludothèques, centres de ressources pédagogiques, centres PMS et PSE, plannings familiaux etc.

Référencer votre outil sur des sites Internet permettra également d’en faciliter l’accès.

e. Faciliter l’utilisation de l’outil

La mise en place d’une formation est un bon moyen pour faciliter l’utilisation de l’outil.

Même si elle n’est pas indispensable, de bonnes raisons peuvent vous inciter à y recourir :
- l’utilisation de l’outil requiert des compétences particulières (techniques d’animation etc.)
- l’outil paraît compliqué, son appropriation fastidieuse ou bien le procédé peut être totalement novateur.
- l’outil peut-être utilisé de différentes manières et une formation garantirait un maximum de rigueur.
- la formation permet au participant d’adapter l’outil à son contexte de travail et de le replacer dans une démarche globale de projet où la réflexion personnelle sera favorisée.
- elle permet de s’approprier la réflexion du promoteur.

Il existe bien entendu d’autres moyens pour faciliter l’utilisation de l’outil.

- élaborer une démarche d’accompagnement (voir point 2.5 au Temps 3).
- participer à des ateliers d’échange de pratiques autour des outils pédagogiques.



Conseils pratiques
- Si vous souhaitez développer et encourager les aspects participatifs et interactifs, vous veillerez à avoir un maximum de 8 participants inscrits.
- Concernant le coût de la formation, restez cohérent en l’adaptant aux ressources du public. Ce coût peut comprendre l’acquisition de l’outil en fin de formation.
- Pour toucher un maximum de personnes vous pouvez opter pour la décentralisation : former des animateurs dans différents régions afin qu’ils forment à leur tour des utilisateurs locaux.

Creative Commons License
Créer un outil by PIPSA UNMS est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 Belgique .

Adaptation du guide « Comment créer un outil pédagogique en santé : guide méthodologique »
. Auteurs : Catherine Spièce et Maïté Frérotte, du Service Promotion de la Santé de l'UNMS ; Chantal Vandoorne et Sophie Grignard, de l'APES-ULg (Bruxelles, 2004).