carnet
Accueil > Fiches d’information complémentaires > Fiche 17 : Techniques de créativité

Fiche 17 : Techniques de créativité

Pour favoriser la créativité, il faut à la fois encourager l’imagination et apprendre à la transformer en production, création, innovation. La pratique de la créativité n’est pas exceptionnelle : nous innovons tous les jours (nouvel itinéraire, nouvelle recette de cuisine, nouveau comportement). Nous sommes créatifs au quotidien mais plus ou moins, selon les circonstances et les personnes.

Pour atteindre un but, pour mener à bien une réalisation, plusieurs moyens sont envisageables. Le plus habituel n’est pas toujours le meilleur, loin s’en faut. Ici encore, le poids des habitudes, l’appréhension à remettre en cause ce qui « fonctionne déjà », la peur du ridicule, la crainte de choquer peuvent annihiler notre inventivité.

Six recommandations pour libérer la créativité :

- Créer un climat d’ouverture à l’expérience et permettre à chacun d’exprimer ses idées librement et spontanément.
- Éviter la censure ou l’autocensure en différant le jugement des idées à une étape ultérieure.
- Construire sur ses idées et celles des autres.
- Libérer l’imagination en faisant usage des techniques métaphoriques dont celles de l’analogie et de l’assimilation.
- Utiliser l’incongru et accepter de sentir insensé ou ridicule.
- Adopter une attitude ludique, de naïveté, afin de regarder les choses avec des yeux d’enfant.

Une méthode de créativité très simple consiste à se poser la question : « quelle serait le meilleur moyen pour… ? » En faisant appel à la technique du « remue-méninges », on recherche le maximum de solutions possibles et imaginables. Reste ensuite à les classer et à en sélectionner certaines en fonction de leur présomption et de faisabilité.

Le brainstorming : laisser libre cours à ses idées

Cette technique consiste à produire spontanément le plus grand nombre possible d’idées sur un sujet donné. Et sans retenue ! Sans se soucier au préalable de leur réalisme et en s’interdisant toute critique.

Le principe est de donner libre cours à ses idées, de chercher la quantité plutôt que la qualité. Bienvenue donc aux propositions fantaisistes ! Il s’agit de rechercher les « associations », les améliorations, les combinaisons etc. D’un point de vue pratique, s’il y a plusieurs participants, un animateur inscrit sur un tableau chaque idée émise, aussi farfelue soit-elle. Il faut pouvoir lire en permanence ce qui a été dit. Les participants doivent se garder de faire des interprétations, des commentaires ou des justifications. Critiques et autocritiques sont interdites !

L’animateur doit s’assurer d’avoir bien compris l’idée énoncée avant de l’inscrire au tableau. Il doit rester neutre. Au besoin, quand le rythme de proposition d’idées ralentit, il doit stimuler le groupe.

Si c’était…

Le principe est de déplacer le problème dans un autre univers. On peut par exemple déplacer la question de la violence conjugale dans l’univers des marins (conduire sa barque, rencontrer des vents violents, réparer le mât etc.). D’une manière générale, une thématique traitée peut être déplacée dans n’importe quel domaine : musical, militaire, littéraire, symbolique, poétique. C’est le principe de la métaphore. Le jeu du « portrait chinois » systématise cette démarche : « si c’était » un animal, une musique, un vêtement, un personnage etc.

On peut aussi envisager l’analogie fantastique : qu’adviendrait-il du problème posé si certaines caractéristiques (sociales, biologiques, physiques etc.) étaient transformées ou supprimées ? Et si un martien découvrait le problème ?

Et si on rêvait ?

De nombreux inventeurs ont raconté que c’est en rêve qu’ils ont entrevu le principe de leur découverte : les mécanismes de contrôle sont relâchés, l’esprit vagabonde. Dans la pratique, on peut organiser en groupe un « rêve éveillé collectif ». Une méthode très riche sur le plan imaginaire mais qui suppose un groupe bien entraîné (techniques de relaxation, entraînement aux associations d’idées) et bien imprégné du sujet.

Le Mindmapping

La méthode du MindMapping (ou carte mentale) met en œuvre le cerveau global : gauche et droit, raison et imagination. Le MindMapping peut se réaliser individuellement ou en groupe.

Procédez de la façon suivante :

- Prenez une feuille A4 dans le sens de la longueur et écrivez au centre le sujet que vous souhaitez traiter.
- Entourez ce terme. A partir du centre, tracez des lignes ou branches et inscrivez-y les mots-clés correspondant aux points capitaux.
- Vous pouvez de nouveau subdiviser ces lignes en de nouvelles branches pour y inscrire de nouveaux mots-clés.
- Continuez ainsi l’arborescence là où vous avez de nouvelles idées. Vous pouvez alors à tout moment ajouter de nouvelles ramifications sans endommager la trame existante.
- Utiliser des couleurs ou des formes différentes. Ou faites des croquis de certains domaines plutôt que de leur donner un nom.

Variante : l’animateur peut décider de faire tourner les feuilles toutes les deux minutes vers la droite…

Creative Commons License
Créer un outil by PIPSA UNMS est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 Belgique .

Adaptation du guide « Comment créer un outil pédagogique en santé : guide méthodologique »
. Auteurs : Catherine Spièce et Maïté Frérotte, du Service Promotion de la Santé de l'UNMS ; Chantal Vandoorne et Sophie Grignard, de l'APES-ULg (Bruxelles, 2004).